Dans le fond de la brume, tapie comme un malin,

Ignorant le froid et la voix qui cri « Reviens ! »

Il est là, caché, narquois, opalin

En attendant la brise du petit matin.

 

Mais il n’est pas tout d’être faquin,

Il est bien temps de s’atteler au gratin.

N’hésite pas à faire monter le levain,

Printemps, prépare-nous ton festin !

 

joubarde