Dans son écrin teinté de vert

Bercé par l’onde douce et claire

 

Dévoré par le sol d’eau

Eclairé par son propre halo

 

Il régnera là tout comme hier

Drapé tel le maitre de l’air

 

etang de lemps surbaix